la chaussette mystérieuse

Posted by Inzecity On janvier 15, 2009 2 COMMENTAIRES


Pourquoi, lorsque l’on fait une lessive… il y a toujours une chaussette qui fugue ?

“Ok, dimanche, jour du Seigneur et aussi l’occasion de se laver son linge de tous ses pêchers… une p’tite lessive dominicale qui s’avère parfois complètement paranormale.”

Comment est-ce possible ? On les met en boules… on les planque sous le lit… on les dépareille mais pourtant on arrive toujours les réunir en une sorte de love story textile au moment de la lessive…

Généralement, la ménagère (le ménager pour la parité ?) affiche une mine réjouie, voire une attitude quasi pédante en vociférant  : « eh… vous m’la ferai pas… vous voilà unies pour un essorage party ». Et pourtant, une fois l’oeuvre achevée, le linge séché et le fer à repasser branché, il n’est pas rare, voir systématique, de constater que l’une de ses chaussettes (ou plusieurs pour les moins chanceux) a fait une fugue…

1ère hypothèse

La chaussette biodégradable. J’ai d’abord échafaudé cette théorie que j’ai rapidement abandonné car, ayant un esprit scientifique très sommaire, je n’arrivais pas à m’expliquer que l’une des deux chaussettes puisse subsister… Pourquoi les ingénieurs s’évertueraient à concevoir des chaussettes dont seule l’une des deux s’autodétruirait ? Serait-ce une manière de relancer l’économie du textile ? Ils sont tordus quand même… Pas de petits profits !

2ème hypothèse

Gérard Majax. Enfant, j’ai eu l’immense joie de recevoir (plaisir d’offrir, joie de recevoir) un coffret « magicien » à l’effigie Gérard Majax (les trentenaires se souviendront).

Un truc de fou :

- 1 jeu de cartes immenses,

- une cordelette,

- une baguette « magique » en plastique…

bref, la panoplie totale pour rejoindre la grande famille des illusionnistes… Bien évidemment, je n’ai jamais brillé par mes talents de magicienne (la preuve). En fait, c’était même plutôt pathétique. Je donnais des coups de bâton jusqu’à trouver la source, mélangeais les cartes lamentablement (3 fois la taille d’une main d’enfant, je vous mets au défis) et tentais de surprendre mes amis avec noeuds marins (plutôt marrants) avec ce pauvre bout de corde élimé.

Des années plus tard, lorsque j’ai constaté les 1ères disparitions improbables de chaussettes mystérieuses, je me suis posée la question d’un « talent à retardement »… Pouvons-nous être doué a posteriori ? Si oui, je reprends immédiatement la place de Garcimore.

3ème hypothèse

Jacques Pradel. Oui, je l’avoue. J’ai songé à lui à de nombreuses reprises en tant que spécialiste des histoires flippantes à base de maisons qui saignent, de pommes Granny tueuses et de bijoux de vieilles possédées… J’ai pensé (je me confesse) que, peut-être, mes chaussettes étaient douées d’une vie propre, animées par le malin en personne et que potentiellement, elles voulaient que je quitte mon domicile parce que l’ancien propriétaire était unijambiste…

En conclusion : Je n’ai jamais élucidé ce mystère… Du coup, je mets des bas.

N’hésitez pas à faire part de vos témoignages ou à émettre vos théories… c’est pour faire avancer la science.

Share and Enjoy:
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks

2 Responses so far.

  1. Dr. Morisset Dr. Morisset dit :

    Alors je connais moi aussi ce problème. Et euh en fait j’attribue ça au fait qu’elles sont de couleurs unies. Sauf que leurs textures différentes font de mon quotidien un enfer, le pied droit ne comprenant pas pourquoi il mérite plus de confort que le gauche un jour mais pas le lendemain.
    J’ai donc décidé de revenir à une méthode peut-être un peu dure mais qui fonctionne : la chaussette simpson.
    ok c’est moche mais de toute façon les filles nous demande de les ôter avant de faire zizi-panpan.

  2. morgane morgane dit :

    Perso, je n’ai que 3 types de chaussettes: celles qui se trouent, celle dont l’elastique ne tient pas, et celles qui se perdent dans la machine à laver … récemment, un 4ème type est venu agrandir le cercle familial des chaussettes qui font super râler : celles que je retrouvent sur les pieds de mon homme (lui : 42, moi : 36 … moi : pas comprendre). Bref, vive les tongs !

Leave a Reply