-    Regarde…
-    Quoi
-    Là…
-    Bah je vois rien.
-    Bah voilà le problème !  T’as même pas vu que j’ai fait une permanente « biche-eye » ! 60€ de foutu en l’air !
-    Meuh non, euh… T’es très jolie ! Mais pourquoi t’as fait ça, ils sont très bien tes yeux « au naturel »…
-    NON ! J’ai des cils de vaches ! Et puis, ce nez, je n’en plus, il me bouffe le visage ! C’est un pic, c’est un cap, que dis-je… c’est un groin ! Je vais le refaire. Je vais prendre immédiatement rendez-vous chez le Dr Jean Charkute.

Ahhh les complexes… Nous avons tous un petit truc de travers qui nous pollue la vie. Et le complexe porte bien son nom parce que nous passons notre temps à essayer de le dissimuler, de le corriger et plus nous tentons de le cacher, plus nous focalisons dessus et c’est là que cela devient complexe à gérer (pour vous et pour les autres).
Comment aurait réagi Brigitte Bardot si à la question « Et mes fesses, tu les trouves comment mes fesses ? » si son mec avait répondu : « bien mais flasques » ?

Tout remonte à l’enfance lorsque dans la cour d’école, Adélaïde (la fille la plus jolie et la populaire du collège) vous regarde avec  un air dégoûté et vous dit : « annnnnn ! comme il est trop moche ton nez ! On dirait une grosse poire pourrite !!! ».
L’appendice qui nous semblait insignifiant jusque-là devient dès lors carrément obsessionnel.
Il suffit de voir les filles qui cachent leur naseau dans leur col cheminée, leurs fesses sous des pulls informes, leurs seins lovés dans des coques de ouate…
Souvent, le complexe n’est complexe que pour le principal intéressé. Personne ne voit le problème ce qui a le don d’énerver le complexé qui perd toute forme de relativité et il devient insupportable car complètement égocentrique.

-    J’ai les cuisses qui se touchent.
-    Non.
-    Si !!!! si je marche à pas rapide et que je mets 3 brins de paille entre mes cuisses je suis sûre que je peux démarrer un feu !

-    J’ai un gros nez
-    Non
-    Si ! Regarde ! Je peux fumer sous la douche !

-    J’ai un gros cul !
-    Non
-    Si, la preuve, j’ai les fesses gourmandes (qui avalent les culottes) ! Et j’ai un max de lulu (cellulite) !!!

Si nous n’avions pas tant de complexes, les chirurgiens-plasticiens et les industriels de la cosmétologie seraient au chômage technique ! Plus ils créeront de complexes, plus ils auront des demandes (et plus leur maisons seront grandes).


Moralité:

Vouloir être parfait c’est être

« Bien de loin, mais loin d’être bien. »

S’accepter tel que l’on est et être heureux,

c’est çela le vrai secret de beauté et de longévité

Share and Enjoy:
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks

2 Responses so far.

  1. Communiter Communiter dit :

    J’adhère !

  2. Diskette Diskette dit :

    « que dis-je … c’est un groin » !! j’ai pas fini de me marrer en repensant à cette phrase ! ;)

Leave a Reply