Rupture et cumul des mandales

Posted by Inzecity On octobre 7, 2009 UN COMMENTAIRE

Ce billet est mon cadeau de bienvenue à mon 500e follower sur Twitter. :@Brims


Mais qui est @Brims ?  C’est un branleur, un geek, un alcoolique de 30 ans et toutes ses dents (bien que celles du fond qui baignent sont probablement déjà plombées). Ce n’est pas moi qui le dis, c’est lui qui y est.


Bien évidemment, il me fallait faire plus ample connaissance avec lui afin de lui rendre hommage comme il se doit.
Nous avons parlé, un peu, beaucoup… et il s’est très vite confié (ma force de persuasion) et ma parlé de sa rupture (je ne sais pas pourquoi, mais les hommes aiment se confier à moi… je ne sais pas comment je dois le prendre).


Bref, du pain béni à l’état purge…

-    Bienvenue cher 500e follower
o    Fierté et donc un peu de zèle pour lui montrer qui est la patronne
-    Salut
-    Alors ? Comme ça tu as gagné le droit de te faire tirer le portrait ?

o    C’était la « carotte », tu parles d’une chance…
-    C’est-à-dire que non, j’ai pas participé, je te follow par envie, je t’avais déjà followé dans le passé mais sous un autre pseudo « Yourteube ».
o    Ah, un pseudo comme ça, ça ne s’oublie pas… Et tu m’avais quitté ! Et tu reviens maintenant ? Des regrets ?
-    Bah non, je te follow à cause de XX
o    Merde, et moi qui pensais avec un peu d’influence… la lose !
-    Raconte-moi ta vie
o    Cherche cobaye non rémunéré pour nourrir mon blog non influent. On fait ce qu’on peut en ces temps de crise, j’essaye d’être maligne.
-     Je suis célibataire depuis peu. Je viens de rompre.
o    Son histoire sentimentale ressemble à la nôtre… il me follow par envie, me quitte et finalement il finit par revenir parce que je lui manque…

Les femmes remontent très rapidement en selle alors que la gente masculine a du mal à remettre le pied à l’étrier. Comment retrouver le mojo quand tu te sens comme un cageot ? Il y a une phase d’introspection puis de rééducation. Enquête sur le terrain.

L’homme que j’ai étudié a traversé 2 phases :

Phase 1 dite du con solvable
Il y a l’inconsolable, ne comprenant pas la raison de l’échec et incapable de se remettre en question quant aux raisons de sa séparation. Son égo est blessé et le vide interne sidéral. Ce n’est pas tant la femme qui partageait sa vie qu’il regrette mais plutôt « sa vie » dans laquelle il y avait cette femme.

Mais en perdant sa moitié d’orange, il récupère un paquet d’oseille. Et oui, la femme c’est un budget. Du coup, il claque sa paye, se paie des coups, se colle des races et évolue dans la crasse. C’est un rite de passage du statut d’homme maqué à celui d’homme qui se démarque.
Phase 2 : Parlementeur des affaires pudiques

Il profite de sa « libération d’obligations » pour libérer l’animal en captivité qui sommeillait en lui. Tout est bon dans la cochonne.
Il se lance alors à corps perdu dans la politique du cul et cumulent les mandales.

La suite ? Elle n’est pas écrite.
Mesdames, Messieurs, je vous présente @Brims. Mon 500e follower.
Cobaye d’un jour, cow boy toujours !

Share and Enjoy:
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks

One Response so far.

  1. [...] Enfin je finis sur l’interview du plus beau branleur de Paris et de ce site, l’ami Brims, qui par un traquenard sans nom s’est retrouvé interviewé chez Inzecity. C’est par là >> [...]

Leave a Reply