Délire de sale gueule (de bois)

Posted by Inzecity On août 14, 2010 6 COMMENTAIRES



- Boujour moi. Sale tronche ce matin. Si je me rencontrais, je m’arrêterais !

- …

- Tiens ? J’avais deux yeux en me couchant ce matin….

- …

- … Blurmpf. J’ai mangé du veau ?

- …

- Où est l’autre oeil ?

- …

- C’est pas commun quand même ! J’avais 2 yeux hier soir et là je me regarde avec un gros hamburger avec ce steak boucané à l’intérieur. Gros. Boursouflé. Unique.

- …

- C’est moche. Ne surtout pas regarder de près… surtout avec ce hamburger qui m’observe.

- …

- Pores dilatés. Je peux ranger des canettes dedans. Pratique. Je vais breveter l’idée.

- …

- Ahhhh. Re-ahhhhh. Langue chargée. Au moins un semi-remorque…

- …

- Y’a un truc qui pue ou c’est moi ?

- …

- J’ai envie de rendre. Je crois que c’est le reflet du carrelage corail sur l’émail de mes dents qui me porte sur le cœur.

- …

- C’est quoi ça ? Un suçon ? Sur le front ? Je me suis tapée un cureton ?

- …

- Nan mais franchement, je me suis vue quand j’abuse ?

Une soirée arrosée commence par un petit pot, puis en enchaîne sur un plus grand et ça finit dans une jardinière avec un gros mâle à la racine.


Le Mâle au trou

Une fois imbibé, l’homme incarne Super-Gras, le défenseur des culs de bouteilles, prêt à tout escalader pour une dernière lampée. Les réverbères servent de patère, les poubelles de tremplin, les coins de tables sont rabotés à coups de mollets.

Misant sur l’évaporation par la transpiration, Super-Gras finit généralement en caleçon et entreprend de brancher tout ce qu’il est constitué de mamelons turgescents.

Licence 4 en borborygme (1ere langue), il tient à peu près ce langage : « J’y va daaan sein bidutes…… j’arrivveeeeuuuuh. Blourps. Ouais. J’y soif. »

Greffon de toutes les soirées de quartier (même celles à 300€ la bouteille de crémant éventée, hors MST), le parasite passe de l’état liquide à l’état gazeux. « Un pour tous, tous bourrins ! ». Il tente alors de se semer dans la nature ou à défaut d’égrener son porte-feuille, son téléphone, sa veste, ses clefs, son nom, des poings dans la gueule d’un voisin (pour récolter un coupe de boule). Pour terminer sa mission : il s’oubliera dans la cellule de dégrisement, pleurera pour qu’on retrouve le numéro de sa maman.

La femme orale

La belle plante (hybride lorsqu’elle est débridée) s’étiole à 0,5 gramme et rit, beaucoup en titubant et en se cognant dans les gens comme une boule de flipper qui roule qui roule. Atrophiée du bulbe, plus « argile » qu’agile, ce déchet organique ne manque jamais d’indiquer son aptitude à être pollinisé en simulant rapidement un état végétatif pour oublier son pistil dans la bouche charnue d’un hôte admiratif. Oui, celui avec lequel elle n’aurait même pas frotté son caddie chez Multiprix de peur de chopper des bactéries.

Faut dire qu’une fois déchirée, elle est peu regardante (légèrement gauche, un œil torve posé au-dessus d’une épaule trop haute trop droite).

Peu importe que le trophée d’une soirée ait de l’acné elle se dira : le « bourgeonné nouveau est arrivé » et un cuni vite fait s’il est bien fait ça ne se refuse pas même avec un appareil dentaire aiguisé. Anesthésiée par la Vodka-raide-boule, elle ne sentira rien et puis elle s’en fout, elle a fait tous ses vaccins. Le lendemain, elle se demandera juste ce que ce SDF fout là.

Pour se planter rien de tel qu’une grosse soirée arrosée.

Et il y aura toujours les albums-photos sur Facebook pour s’en rappeler.

C’est bien cela qu’on appelle la photo-synthèse ?

Share and Enjoy:
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks

6 Responses so far.

  1. avatar emanu124 dit :

    Sais pas, je bois jamais.

  2. avatar MimiRyudo dit :

    Fôtes spotted :
    - n’aurait même pas frotter –> frotté
    - elle se dire –> dira
    - elle se demandera jusque –> juste

    La deuxième partie aurait-elle été écrite en état d’ébriété ? :D

    Excellent article par ailleurs… comme d’habitude. Du bon boulot d’immersion dans ce milieu mal fâmé.

  3. [...] This post was mentioned on Twitter by missinzecity, GeGe l'Aspi. GeGe l'Aspi said: Teasing new blog! RT @Inzecity Délire de sale gueule http://ow.ly/2pzOW (blog post & new blog presque fini :p) [...]

  4. avatar GPG dit :

    Rhhhha je bois pas assez!

    Mon hélice génétique me rappel tout les matins que j’ai eu un père!
    Et tous les matins j’aimerais être saoul, pour m’empêcher de dire: « Bonjour papa! » En dehors, de ce delirium tremens matriciel.
    Je ne suis pas assez saoul pour te dire: « Hey Miss City ce nouveau template déchire à donf’ gravos ! » Et en plus c’est vrai!

  5. je sais pas pourquoi mais cette histoire aurait peut-être une autre teneur avec un hamburger sans viande ;P

  6. avatar Jimidi dit :

    J’aime toujours beaucoup, même et surtout le « tous bourrins », déjà lu ailleurs, mais ici parfaitement recyclé.

Leave a Reply