Ça va être ta fête !

Posted by Inzecity On janvier 14, 2011 10 COMMENTAIRES

- N’oublie pas ce soir on fait la galette chez les Duflan
- Je ne peux pas, j’ai de l’herpès et puis ma religion m’interdit de côtoyer les Yorkshires emmaillotés. Je pourrais aller en Enfer rien que pour avoir envisagé de partager leur air !
- Cela fait quand même 5 ans qu’ils nous invitent tous les ans. On ne peut pas dire non indéfiniment.
- C’est pour qu’on leur rende au centuple ! Ce sont des tarés, ils regardent un Diner presque Parfait pour pouvoir se mesurer. Tu veux vraiment qu’on s’endette à vie pour des Apéricubes© au saumon (mes préférés) agrémenté de sa lance-roquette et sa nage de mon cul ? Non ! Je ne veux pas y aller. Regarde ! Je viens de me fracturer le péroné ! Tu peux le ramasser s’il te plaît ?
- Ca ne va pas durer longtemps… Ce n’est quand même pas la mer à boire !
- Ce n’est quand même pas Ta mère à voir tu veux dire… Mais la chance d’avoir le choix c’est surtout la possibilité de pouvoir s’interdire des choses. Et je m’interdis d’aller chez les Duflan. Tu ne vas quand même pas m’en chier un cake !

 

On ne se dit plus simplement bonjour. C’est fini, basta cosi ! Le must have de l’au-revoir c’est d’ajouter l’indispensable accessoire « on se fait une petite bouffe bientôt hein ? » et de laisser place au silence. Un petit signe de la main bien de loin pour remuer ces paroles en l’air en priant qu’ils oublient jusqu’à une prochaine rencontre purement fortuite.
Pourquoi ? Parce que c’est « courtois » ! De nos jours, il faut donner l’envie d’avoir envie (comme dit l’autre) comme s’il fallait se préparer une alternative de secours en cas de coup dur. Et plus on vieillis et plus on sombre dans l’hypocrisie.

Quand on n’a pas envie, on fait semblant ! C’est admis.
Que celui qui n’a jamais fait ça me jette la première bière !

 

Sans être mauvaise langue (pas du genre à faire de la lèche), certaines soirées relèvent du supplice et ce ne sont pas des paroles en l’air !

 

- Soirée des anciens (élèves, collègues, amis, ex…)
Ça commence par : « Oh punaise ! J’ai un pot de retrouvailles des anciens de promo cette semaine ! A coup sûr je vais devoir me fader la Lapu « du cul » comme on l’appelait. Pis je n’ai rien à leur dire, on n’a plus rien en commun. Je suis sûre qu’ils ont une maison témoin, une tripotée de gamins et un chien »
Sur place :
« - Bernadette ? C’est toi ? Mon Dieu mais tu n’as pô changé ! »
« - Bah oui, pourquoi t’assurer d’un « c’est toi ? » si je n’ai pas changé ? »

On compte les rides (on en a toujours moins), demande des nouvelles de ceux qu’on ne revoit plus et on se compare pour savoir si on a mieux réussi nos vies que ces ex-comparses trop vieux pour être heureux.

 

- Fête des voisins
Porte allongée sur tréteaux, lampions de kermesse, en équilibre dans une assiette en carton : agglomération de Curly bloc anti-humidité « dans le placard de la cuisine inondée l’été dernier par ce voisin du 4e, vous savez, cet étudiant fauché que les parents blindés ont logé dans notre résidence de retraités pour qu’il prenne ses responsabilités (à 30 ans, cela devenait urgent). »
Crémant qui pique, vin rouge Villageoise 2 mois d’âge et autre nectar nucléaire pour enfants (on s’en fout, les dents de lait ça repousse, tant pis pour ceux qui ont plus de 12 ans).
La fête bat son plein et les voisins peuvent commencer à en en venir aux mains.

 

- Fête de l’école
Tout est dans la représentativité.  Une léchouille sur l’épi défiant les lois de la gravité, fier et provoquant tel un défi au firmament, môman tente de maîtriser du plat de la main, tout est une question de représentativité,  Kévin doit être parfait.

Les parents s’échangent des banalités, se jaugent et mesurent entre-deux les progrès de leurs progénitures. La maîtresse est embolisée par quelques parents stressés de ne pas avoir donné naissance à un surdoué, s’inquiétant du dernier dessin de la « dame-patate » que le pédo-psy a analysé comme un désir morbide d’être un jour atteint d’obésité comme mémé.
La kermesse clos la journée, chaque enfant surexcité a gagné un eczéma allergique causée par un maquillage de Pikachu ébouillanté.

 

- Fête du travail
On va encore se coltiner le sempiternel discours :
« c’est la crise : pas de sous – pas de bras – pas de stagiaires) mais bon, pour fêter la fin de l’année, nous sommes heureux de vous accueillir au sein de nos nouveaux locaux avec teck huilé sur plancher pour célébrer cette nouvelle année, puisse-t-elle nous faire gagner de nouveaux budgets ». Clap cap cap.
70% de l’effectif se jette sur et sous le buffet pour ravager les tomates cerise et au Champagne offert par un fournisseur l’hiver dernier.
5 % était déjà complètement bourré avant d’arriver.
10% s’activent en mode Barrane© sur les mocassins à glands de Boss qui fait semblant d’écouter, surveillant que ses salariés dentés ne rayent pas le parquet tout juste refait avec les primes de fin d’année.
5% de l’effectif a séché les festivités (prétextant le Xème problème de la nounou payée au black et qui vient de se faire expulser),
5% essaye de baiser la nouvelle stagiaire qui vient d’arriver.
5% reste en retrait et observe ce qu’il va se passer

 

Bon, trêve de plaisanteries. Il arrive tout de même que l’on en ait très envie parfois car c’est si bon de se faire une « petite bouffe » pour refaire l’immonde entre amis .

 

« Les personnages et les situations de ce récit étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite. »

 

 

.

Share and Enjoy:
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks

10 Responses so far.

  1. [...] This post was mentioned on Twitter by missinzecity, Jeymer and others. Jeymer said: tiens en plus de son retour ici, @Inzecity a fusillé sur son blog les invit's pourris … http://bit.ly/dGmmLn [...]

  2. avatar emanu124 dit :

    Oui. Se taper les machins obligatoires est de plus en plus difficile pour moi aussi

  3. avatar Coachdom dit :

    Truculent, comme à chaque fois.

    Il manque un « être » à « Kevin doit être parfait ».

    Et sont-ce les employés du manager, auquel cas un « ses » à la place de « ces » ne rayerait pas moins le sol :)

    As-tu reçu le livre commandé ?

    Bises à ma plume adorée:
    Aiguisée comme une lame
    Pointue comme un couteau
    Chauffée comme une flamme
    Et puissante comme un fusil d’assaut :)

  4. avatar Jimidi dit :

    Non, rien, c’est pour un sondage. Faites pas attention…

Leave a Reply