Biberon break

Posted by Inzecity On janvier 28, 2011 4 COMMENTAIRES

Bon là, ici, le Mini-Club, au fond à gauche, le restaurant à éviter absolument parce qu’il y a toujours du monde, au centre du parc y’a la piscine non surveillée ça c’est cool, il faudra éviter le terrain de « bitch-volley » à moins de creuser, là c’est la décharge… ah non merde, non, ça c’est la plage, le bar est à 100 mètres puis un autre à 200 mètres et le mini-barre à 300 mètres. Ok. Le plan du Turista Ressort Club est finalisé. Minute Papillon ! Faut que je trouve une taupe…

 

- Allez Kévin, lâche ton seau, prends ta pelle, on va jouer à un jeu. Si si ! De toute façon tes parents ne reviendront pas de leur excursion avant… qu’ils ne soient plumés donc on a du temps à tuer. Je te propose de jouer à Biberon Break. Le principe est simple : je te tatoue au henné le plan de l’hôtel sur le dos, je te file un miroir et tu essayes de t’évader du mini-club. Fun, non ?
Pleure pas ! Le mini-club c’est la taule mec ! Plus t’y resteras et plus tu risqueras de devenir gentil organisateur. Et ça, Man, c’est les travelos forcés, le vrai bagne !

Je ne te fais pas de dessin – ça me rappelle le taf – je vais juste t’expliquer ce que c’est. D’homme à homme.
Levé 6h30 du mat ! Tu files sous la douche froide. Ici, l’eau chaude appartient à ceux qui se lèvent tôt. Tu enfiles un short et un t-shirt à reconnaissance satellite. Ouais mec, les gens doivent te voir de loin, tes ancêtres doivent même te voir de là où ils sont, c’est dire.

Tu avales un café bouillu après avoir fait la queue au buffet, le vacancier passera toujours le premier.
Réunion de GO pour faire l’appel. Si t’es là à l’heure, c’est que tu t’es pris un râteau la veille. Toujours est-il que si tu n’es pas là, gare à ton matricule.
Il y en a que je n’ai jamais revus. Une boucherie. Ouaich mec, un de ces types était tellement écœuré par la barbaque vivante qu’il a ouvert une boucherie. Fin de l’aparté.

Pendant la réu on définit le programme de la journée. T’emballe pas bonhomme, c’est le même depuis des années.
Après tu passes 12 heures dehors, sous le cagnard à courir comme un con et à faire le tour de la piscine pour draguer les lézards et tenter de les emmener consommer au bar. On s’en branle de l’hydrocution, de toute façon ils pèlent tellement que leur peau bâche la piscine.

Sinon t’as un quota de bienséance. Je l’appelle le Parloir : faut que tu t’asseyes avec les gens, que tu leur parles. Parfois ils voient que tu n’as rien à leur dire mais là, faut faire semblant (t’as toujours l’espoir qu’ils t’embauchent en rentrant). Puis t’enchaînes sur un « sympa tes lunettes de soleil, j’peux les essayer » ? Tu flattes le chaland ! Ils ont payé, tu leur appartiens entièrement.

Si t’as du bol, t’es affecté au Fun House ou Fun Club (c’est pareil). T’es peinard dans ta cellule, tu files des raquettes, des jeux de cartes. Les vacanciers ne restent pas, ils sont trop pressés de prendre du bon temps.
Si t’es une forte tête, ils te collent au spectacle de la soirée. P’tain p’tit, t’imagines pas ce que c’est. C’est un vrai carnage, même que parfois tu dois embrasser des vieilles qui suintent la crème ! C’est souvent les longues peines, les Rois de la taule, les durs à cuire à la canicule qui finissent sur le devant de la scène. Les mecs qui font ça sont des kamikazes du rire : tout tenter surtout le pire, y’a bien un édenté qui va sourire (et devoir acheter la photo volée à la boutique pour s’épargner le pire).
Certains de ceux-là ont réussi à s’échapper et même à faire de la télé… et quand tu vois Vincent Labaf’, tu comprends tout de suite que ce type d’endroit est un tue-l’humour.

V’là le bourbier dans lequel tu t’es fourré p’tit. Mais t’inquiète pas, on va se tirer, prends ta pelle et creuse.

 

 

Témoignage fictif inspiré (romancé, fantasmé…) par « défaits réels ».

 

 

.

Share and Enjoy:
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks

4 Responses so far.

  1. jeremy jeremy dit :

    salut miss,
    merci bcp de me filer 5min(mm plus) le sourire ajd…
    tes billets sont toujours aussi fins intelligents et drôles :) )
    bref la thérapie par ton blog devrait être obligatoire quand on a un coup de moins bien ;)

  2. [...] This post was mentioned on Twitter by Patrick Quang Thien and missinzecity, Louis_marie_c. Louis_marie_c said: RT @Pathien: RT @Inzecity [Inzeblog] Club Mad http://bit.ly/fbVWQu [...]

  3. Jimidi Jimidi dit :

    Courage : fuyons !

    (Mais je me demande quand même quelle proportion y’a, dans les « villages vacances » de « clandestins » empalés là parce qu’ils ont eu un prix, ou gagné un truc, et qui passent leur semaine à se goinfrer un max, se payant le luxe de ricaner, goguenard, sur les autres blaireaux ? Coup de napalm sur tout ça, moi…)

Leave a Reply