La petite bête

Posted by Inzecity On mai 27, 2011 17 COMMENTAIRES


C’est l’été (ou presque) ! A nous les gambettes à l’air, les effluves de monoï pamplemoussé, les cheveux foufous flottant dans la douce brise estivale, les ailerons épilés, aérosolés, offerts à l’air libre tel un défi au dieu Narta.

 

C’est l’été et rien ne peut nous arrêter à part peut-être les insectes, ces invités non désirés.

 

Les moustiques
Avides de sang frais, ils hantent nos chambres hurlant leur faim dans nos oreilles jusqu’à ce que nous finissions par nous réfugier sous une couette duvetée la tête sous un oreiller regonflé. 42°C plus tard, nous nous rendons lâchement, déshydraté et le souffle coupé. S’il ne peut vous piquer il vous aura au moins étouffé.
Il ne fait plus un bruit. Tapis dans l’ombre d’un abat-jour d’ordinaire son cimetière, il espère vous refroidir. Votre garde s’abaisse, vous vous détendez et pensez que la seringue volante a déguerpi. Que nenni ! Il vous a endormi.

 

Vous vous assoupissez jusqu’à ce qu’en pleine nuit votre pied demande à être amputé. La saloperie a visé a proximité du talon. L’enfoiré ailé ! Il peut être fier comme un pou, non seulement il s’est repaît de votre sève mais en plus il vous a niqué la moitié de votre temps de vacancier. La pustule mal placée n’aura de cesse de vous hanter et de vous démanger. C’est perfide un moustique.

 

La mouche
Il n’y a pas plus con qu’une mouche. Beaucoup d’yeux pour rien. Elles volent bas, ne profitent pas du paysage, se circonscrivent à un domaine d’intervention limité, voltigent en effectuant d A quoi bon avoir des yeux comme les siens pour revenir toujours au même endroit en dessinant des trigones qui ne mènent à rien de bon. Elles cherchent la merde. C’est leur dada.
A défaut d’avoir trouver la merde la mouche va vous faire chier. En tout cas, elle a bon espoir.
On la chasse avec un « dégage la mouche », elle revient, têtue comme une mule.
On l’injurie « mais putain de salope dégage ou je t’en colle une ! »
Rien n’y fait, elle est génétiquement demeurée.

 

La guêpe
Pas folle évidemment. Son mode d’exécution c’est de créer l’appréhension. Contrairement au moustique et à la mouche, cette dernière sait qu’on la craint parce qu’elle est sévèrement dardée. Une piqûre peut même vous envoyer dans l’au-delà. Alors dès qu’elle squatte la table sans y être invitée, blasée avec un certain « j’m’en foutisme » distingué, c’est panique au pique-nique.
Face à la petite bête velue, plusieurs réactions attendues :

- « Bouge pas, elle va partir ! »
Mon culte ouais ! Elle va d’abord boire dans votre verre, finir les rillettes et elle fera un sort au dessert. Elle peut rester une heure si le banquet est à la hauteur.
- « Ahhhhhh Ahhhhhhh ! »
Bondir hors de table, agiter les bras comme des moulins à vent en se débattant contre des fantômes absents et finir par se jeter dans un fourré épineux ou une mare vaseuse.
- « Je vais la faire partir »
Mais quelle mouche l’a piqué ? On ne prend pas les mouches avec du vinaigre ! Armé d’une serviette ou d’une arme en cellulose, l’empire « contre attaque » tente d’impressionner la Vespula vulgaris laquelle, entre-nous, n’en a strictement rien à foutre. L’assistance ahurie contemple la scène et redoute le coup porté sur l’hyménoptère. Un simple effleurement pourrait en effet lui coller le bourdon au risque de voir s’abattre son courroux sur l’un des membres de la tablée. Finalement tout le monde finit par déguerpir laissant pitance à satiété dans une douce empreinte de parfums sucrés de monoï pamplemoussé, la guêpe en senteur de sainteté se délectant de son succès.

 

Fondamentalement nous n’avons rien contre les petites bêtes qui ne mangent pas les grosses (soi-disant) et si cela se trouve, ce sont ces insectes qui nous regardent comme des bêtes curieuses. Va savoir.
En espérant vous avoir mis la puce à l’oreille.

 

 

.

Share and Enjoy:
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks

17 Responses so far.

  1. avatar Lily dit :

    Et les araignées ? Non parce qu’elles sont quand même les plus chiantes… J’ai beau mettre 2 anti-moustiques dans la chambre, les araignées survivent !
    très bonnes analyse en tout cas ;)

  2. avatar FredMJG dit :

    Le pire en vacances est d’avoir le bourdon non ? ^^

  3. avatar Olivierbk dit :

    Il serait d interret public d enseigner inzecity a l Ecole plutôt que c Lafontaine,Beau de l air & j en passe d pires pour le meilleur …. Des ce soir c est auto dictée bafouille à ma fille Et encore merci de si joliment entretenir une langue qui se pert dans les méasmes du LOL mdr

  4. avatar neoadam dit :

    C’était un rappel important, j’attends avec impatience le suivi des épreuves du bac.

  5. Parfois, cet enflure de moustique se pose sur un mur après vous avoir emmerdé toute la nuit. Quelle délicieuse vengeance de le buter ainsi au petit matin.

  6. avatar Misanthrope7 dit :

    Aaaaaaaaaah foutue moustique… Autant la mouche ne m’empêche pas de dormir (tiens ma chaussette ou mon caleçon dans ta gueu..), autant le moustique…

    Les araignées, les bourdons (aaaaaah le bourbooooooon… Hic… L’est fantastiiiique) et les abeilles me dérangent moins…

    Quant à la guêpe et ses ami(e)s gros qui piquent à vous faire enfler tellement c’est allergène, ils me stressent mais… Franchement, ce sont les moustiques les pires… Je HAIS les MOUSTIQUES !!!!

    Et moi qui depuis ce matin enrage de m’être fait piquer pendant la nuit… Tu as une boule de sucre cristal ou tu lis l’avenir dans le marc aux canards pour ça ???

    Entre les moustiques et moi, il ne peut en rester qu’un !!! Heeeeeeere WE ARRRRRRRRRRRRE…

  7. avatar Jimidi dit :

    Très bon anniversaire à toi ! Je t’embrasse amicalement. Pour les fleurs, désolé, j’avais pas prévu. Rhâ ! Les zhommes !

Leave a Reply