Ca peut toujours servir

Posted by Inzecity On septembre 8, 2011 12 COMMENTAIRES

- J’ai une question, mets tes mains sur le buzzer ! Le truc mou qui pendouille dans la salle de bain, tu comptes le garder ou je peux le jeter ?
- Fais comme tu veux mais tu peux en avoir besoin pour vider ta vessie et te reproduire.
- Riras bien qui rira la dernière dans 5 minutes quand j’aurai balancé à la benne le truc qui pendouille avec les culottes fétiches sans élastiques et les pinces qui ne pincent plus.
- Ce n’est pas UN truc qui pendouille, c’est un remarquable ruban de satin en viscose naturel
- Un ruban qui servait d’anses au sac qui se désespère d’être recyclé parce qu’il est empilé dans une chambre devenue cimetière de cellulose avec les 289 autres sacs qui ont des anses en ruban et qui attendent de servir une dernière fois avant de mourir la anse haute.
- Oui mais il est joli !
- Mais il prend de la place
- Un petit ruban de rien du tout… Tu t’es vu quand t’abuses ?
- Quand il y en a un, ça va, c’est quand il y en a plusieurs que ça pose problème.
- Je les conserve parce qu’on ne sait jamais, ÇA PEUT TOUJOURS SERVIR !

 

Nous gardons tous des trucs improbables auxquels nous promettons une mission de la plus haute importance. Mais en attendant de savoir laquelle, c’est en prenant la poussière qu’ils attendent leur mobilisation en végétant dans un sac, sur une table, dans un vide-poche, dans une boîte à boîtes, en haut d’une étagère.

 

La (toute) petite épingle à nourrice
Véritable bijou de raffinement et objet d’attention envers le consommateur délicat que nous sommes, le dit-objet est immédiatement ôté de l’étiquette qui le reliait à la nouvelle acquisition textile et méticuleusement remisé. D’une taille idéale pour attacher un bavoir au cou d’un hamster, elle a généralement une place de choix dans le vide-poche ou dans la poche intérieure d’un sac. Pour le commun des mortels elle ne sert rien mais pour les amateurs d’épisodes de MacGyver elle a un rôle à jouer dans la survie de l’espèce humaine. En cas d’incendie par exemple, si bien entendu elle est associée avec un (tout petit) chewing-gum prémâché, la petite épingle à nourrice peut servir à descendre en rappel du rez-de-chaussée jusqu’au trottoir sans trop se blesser.

 

Le pot de yaourt en grès
Il a coûté la modique somme de 1,35 € pièce et le contenu ayant été fini en 2 coups de cuiller à pot, il convient de rentabiliser l’investissement en conservant précieusement son contenant d’autant que nous avons choisi ce produit cher parce qu’il peut toujours servir, rendez-vous compte, il est en grès ! Il sera stocké avec les autres jusqu’à ce qu’il trouve une quelconque utilité (cendrier, pot de fleur, pot à crayon, rien).

 

Le rince-doigt
Offert de bon cœur pour vous être enfilé 100 grammes de langoustines, cette petite pochette contenant un carré de papier imbibé d’Harpic au Citron a pour but d’épargner aux autres clients l’odeur de petite fille qui se néglige qui se dégage de vos mains post-carnage.
Mais le « ça peut toujours servir » ne le déballera pas. Le principe c’est que la lingette serve dans le futur. Elle sera donc remisée au fond du sac « au cas où » il faudrait tripoter un truc plus tenace que la crevette comme exhumer le foie d’un cadavre avec les mains ou retirer une sonde anale en bord d’autoroute. Le rince-doigt va donc rester dans le sac pour une durée indéterminée et s’avèrera desséché le jour où il sera mandaté.

 

La vis mystérieuse
Dernier vestige d’un meuble suédois, l’appendice métallique est conservé précieusement dans un reliquaire renfermant clous, boulons, circuits électroniques et autres boutons, tous sans famille, tous recueillis avec tendresse sans exception. Fortement apprécié du bricoleur du dimanche, le clou du spectacle consistera à regarder le bricoleur s’évertuer à introduire la vis mystérieuse dans un meuble non formaté à cet effet puis de le contempler ranger cette dernière au cas où la vis finirait par faire son trou. Un jour.

 

Les numéros de téléphone
Un numéro de téléphone ça peut toujours servir ! De l’intérêt de garder TOUS ses répertoires et de les recopier soigneusement d’une année à l’autre dans leur intégralité. Ne sait-on jamais ! Il est possible que l’on veuille à un moment ou à un autre joindre ce Fabrice Morveux rencontré à la colo de Palavas les flots parce qu’en 1988, il collectionnait les vis et que potentiellement il en a toujours certaine en double que nous pourrions échanger.
Gardons-nous toutefois de l’appeler, son numéro a peut-être changé et dans ce cas, il faudrait envisager de l’effacer. Insupportable pensée, mieux vaut le conserver.

 

Les cassettes audio

On n’arrête pas le progrès, c’est lui qui nous arrête et nous laisse perplexe devant une caisse de vieilles cassettes usées à la bande dans un Walkman auto-reverse. Impossible de savoir ce qu’il y a dessus, plus aucun lecteur n’est vendu. Mais gardons-les, on ne sait jamais. Un jour viendra où les cassettes Maxell UR-90 deviendront collector et dès lors, nous pourrions devenir le nouveau David Gâteux, Prince du dance floor !
(A décliner avec les Mini-disc Sony MDW80PRB)

 

Le vieux justaucorps (période twirling) / short / jogging et autres vêtements

Faites vos vieux, rien ne va plus ! Qu’à cela ne tienne, le jogging en pilou est certes démodé mais gardons-le, on ne sait jamais, il se peut toujours qu’il y ait une probabilité qu’il redevienne à la mode et qu’avec un peu de chance, à cette période-là, on rentre dedans. De nos jours, le vintage est bel et bien à la mode alors qui dit que demain le ringard ne le sera pas ? Et puis ça peut toujours faire d’excellents chiffons le cas échéant.

 

Les coupons de réduction

Super ! Une remise de 30 centimes d’euros à valoir sur notre prochain achat de quiche sur présentation de la preuve d’achat. Les petits ruisseaux faisant les grandes rivières, le précieux trésor est glissé dans le portefeuille avec les 12 € TTC de la brosse à dents rotative racle
-langue intégré, des rillettes de pâté de foie de morue aux herbes de Hollande, du gel antibactérien pour les yeux et des tampons Nono avec leur nouveau voile anti-redéposition fraîcheur Narine. Puis nous les oublions et les les ressortons 1 an ??? (un an après ?) lorsqu’ils sont périmés.

 

Etc. Etc.

 

Et si jeter ces objets c’était se jeter soi-même ? Peut-on jeter son passé aussi futile soit-il ? Il y a tant de souvenirs que l’on peut contenir dans un petit pot en grès… Et si notre vie tenait à une vis ? C’est utile une vis ! Des tas de gens sont probablement morts parce qu’il manquait une vis quelque-part ! Et après tout, une vie ça peut toujours servir.

 

 

.

Share and Enjoy:
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks

12 Responses so far.

  1. avatar Olivierbk dit :

    Merde alors qu en tu passes à la maison prévient que je range un peu ….;-)

  2. avatar Misanthrope7 dit :

    En te lisant, je viens de me rendre compte que j’ai probablement gardé tout ce que tu as cité… Aaaaaaaaaaah malheur !!!

    • avatar Inzecity dit :

      La prise de conscience est primordiale dans le processus de tri. Reste la deuxième étape qui est : poser le dit objet à une autre place et se convaincre de l’avoir rangé pour avoir la conscience tranquille.

  3. avatar Glbk_ dit :

    Bien vu, drôle et surtout…tendre : un petit plaisir de lecture.

  4. avatar Jimidi dit :

    Perso, concernant les petites pièces de quincaillerie, j’ai un petit meuble (bleu) à tiroirs qui les avale depuis plusieurs dizaines d’années, sans jamais les recracher.
    Pour les merdouilles, j’attends d’en avoir assez, puis j’achète une petite vitrine Ikea 25×25 et je les tasse là dedans. Parfois, la seule accumulation leur confère une certaine valeur décorative.

    http://idata.over-blog.com/0/30/04/75/septembre-2011/Vitrine-pas-magique-du-tout.jpg

  5. OMG je me suis reconnue trop de fois dans ton billet!

  6. avatar Dom dit :

    Je vais te présenter beau papa, c’est un entasseur compulsif, je crois qu’il en est à son troisième garage rempli de « ça peut servir », vous devriez bien vous entendre…

Leave a Reply