inzeweb, Les constats inutiles

300, l’heure du bilan

– Faut que je marque le coup, c’est le 300e billet que je poste

– Ah oui ! Tu penses mettre la barre espace haute ?

– Je ne sais pas si je vais en faire toute une histoire… Tu sais, j’ai souvent pensé tirer un ____ et puis finalement,je me suis aperçue qu’il y avait quelques personnes qui me lisaient et que j’aimais ça, écrire. J’ai mis du temps pour imprimer.

– Tu pourrais perdre le CRTL de ce que tu écris tu sais.

– C’est pour ça que j’essaye de me centrer, d’en faire une feuille de style sans me convertir au Comic de bas de casse. Le jour où je fais une faute de frappe je me mettrai sur la touche et je ferai une césure, une parenthèse, je me mettrai à l’index pour retrouver mon style prédéfini. Enfin, tu le sauras tôt ou tard, je ne suis pas du genre à m’aligner sans me justifier.

– 300 billets… C’est peu quand même…

– Oui, j’ai mis le curseur assez bas. J’en publie 1 par semaine que je mets en ligne chaque samedi. C’est le temps qu’il me faut pour y mettre du caractère. Sans cette marge, je ne pourrais plus m’encadrer. Je m’en cogne d’être en haut de la colonne ou de faire de l’habillage de texte. Les écrans de fumée, l’affichage m’ennuient. Je veux prendre le temps de jouer avec les mots, de définir un style dans mon traitement de texte, je veux qu’on me lise par plaisir et non par habitude.

– Mais tu arrives à tout conjuguer ?

– Tu fais bien de le souligner. Ça m’a valu de me faire un sang d’encre, j’ai failli faire Reset et puis j’ai déterré le hashtag de guerre et j’essaye d’éviter les fautes de frappe, les coquilles. Ce qui est sûr, c’est que je veux continuer d’écrire, je suis du genre « touche pas mon post »… Si demain l’occasion d’en vivre frappe à ma porte, qu’on me propose une fonction, je me mettrai à la page. Pas envie de faire un saut de puce, mais d’ici là, il faudrait déjà que l’on ait un aperçu de ce que je fais, il faudrait que je fasse bonne impression. Il n’y a pas d’insertion automatique, il faut acquérir ses lettres de noblesse avant de faire l’En-tête.

Après tout, je ne suis pas un numéro de page, je suis un être humain fait de caractères spéciaux.
Je ne suis pas une machine à écrire et oui, je joue avec les mots !

Partager
  • Facebook
  • Twitter

13 thoughts on “300, l’heure du bilan

  1. Je commente rarement les billets, je les rt juste…
    pr ton 300ième billets je vais essayer de faire un effort en écrivant ce que je pense de tes billets de blogs.
    Pour commencer, je sais pas comment j’ai découvert ton blog y a longtemps, mais en tout cas je remercie la sérendipité qui m’a fait atterir sur ton blog (ou ton twitter) car depuis il est en bonne place ds mon netvibes…

    bon comme je sais pas écrire : je balance juste une liste des mots non exhaustif qui me viennent a l’esprit quand je me demande pourquoi j’adore te lire :

    – drôles,
    – bien écrits,
    – réflexions,
    – pertinents,
    – fins,
    – de qualité,
    – intelligents,
    – jeux de mots, de phrases, du sens, du rythme, des métaphores, des rimes…
    – une artiste des bons mots,
    – ton style perso identifiable,
    – coup de gueules,
    – second degrés,
    – ironie,
    – rire,
    – sourire,
    – AK 47,
    – ‘snipeuse’ (?) : visé, respiré,tiré, touché,
    – observatrice insatiable des gens,
    – talen-tueuse,
    – subtil,
    – perspicacité,
    – «  » (‘je trouve même pas de mots’ parfois :))
    – ….
    bref 200% de plaisir à te lire chaque samedi 😉
    Donc bonne continuation et pour le futur,te souhaite d’en écrire des milliers d’autres et de pouvoir un jour, vivre de ta plume….

Répondre à Petit louis Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.