inzeweb, Les constats inutiles

Panne d’aspiration


–    En ce moment c’est la croix et la tanière.


–    « Bannière »


–    Hein ?


–    Non rien…


–    Ah non mais j’t’assure ! Je suis vraiment dans beaux bras !


–    Draps…


–    Hein ? Ah oui draps ! Je ne sais jamais comment on dit. Enfin bref… Je fais ce que je peux, on lave son nain sale en famille comme on dit.


–    Linge…


–    Son singe sale en famille ?


–    Oui c’est ça…


–    Oh tu sais, je suis tellement pète en l’air en ce moment, tout arrive comme un bleu sur la croupe, j’en ai le beurre au bord des lèvres. Il est hors de question que j’entre dans la moule hein ! Mais je ne veux pas mettre le feu aux gourdes, enfin… pas de suite ! On ne fait pas d’omelette sans casser des vieux, à chaque jour suffit sa pine. Alors j’ai décidé de retrousser les tanches !


–    Mais que se passe-t-il exactement ?


–    Je ne sais pas quoi écrire. Je pensais avoir gardé un billet sous la gourde mais non. Ce me frise le cul. Je suis dégoûtée, je n’ai aucune idée.


–    Ah bon ? Et que vas-tu faire ?


–    Je vais prendre le bourreau par les burnes (comme d’hab), je vais bouger mon cul et je vais passer à autre chose, je ne vais pas me tourner les bourses indéfiniment. Je vais prendre mon bourrage à deux main et quand même essayer d’écrire un truc, histoire que mes lecteurs puissent avoir un truc à lire cette semaine. Je ne voudrais pas qu’ils me fassent la fête au carré.


–    C’est où le Carré ?


–    Hein ?


–    Non rien…


–    Tu veux un verre ? Parce que là j’en ai besoin, il me faut un petit remontant, aller me faire boire ailleurs si j’y suis tu vois ?


–    Voilà, tout est dit, je crois : « aux grands maux les grands barmaids ».

Désolée si j’ai noyé le poison, j’étais en panne d’inspiration.

Partager
  • Facebook
  • Twitter

5 thoughts on “Panne d’aspiration

  1. Mademoiselle,

    par la plus hasardeuse des fortuités, je tombe sur ce billet, ma moi fort bien écrit, pour quelqu’une qui n’a rien à dire.
    Je me trouve interpellé par cette expression « on lave son nain sale en famille »…
    Ne passez vous pas trop de temps sur le célèbre et néanmoins chronophage Twitter ?
    Je me suis laissé dire qu’y sévit un personnage répugnant, mi-nain de jardin mi-Gollum, qui érige la procrastination en discipline olympique et serait pour une bonne part responsable de la baisse de productivité de l’industrie Internet sur ces derniers mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.