Il y a quelques milliers d’années, des humains d’un genre nouveau apparaissaient sur la Terre. Contrairement aux Homo Sapiens qui, pour éviter les emmerdeurs notoires, occupaient les zones les plus reculées de la surface terrestre, certains individus, et nous ignorons toujours leur motivation initiale, ont progressivement abandonné leur isolement pour être se rapprocher de leurs semblables.

Ainsi naquirent les ancêtres de ce que nous appelons communément voisins.

Cette espèce a relativement peu évolué. Preuve en est, leur morphologie n’a pratiquement pas changé. Toutefois, ils ont su s’adapter à certaines variations environnementales. Leur corps s’est par exemple assoupli pour descendre des escaliers sur la pointe des pieds sans faire grincer les lames des parquets, leur colonne vertébrale très souple leur permet de se positionner face à n’importe quel judas et ils se sont dotés d’une ouïe très aiguisée capable de traverser le béton le plus armé, leur cou flexible leur confère une vision panoramique pour ne rien louper des actualités du quartier.

Malgré de nombreuses recherches scientifiques restées infructueuses, nous ignorons encore leur mode de reproduction (ce que l’on nomme les « relations de voisinage ») d’autant que, comme nous le savons tous, les voisins se détestent entre eux.
D’où cette éternelle question qui nous taraude depuis la nuit des temps : « Lequel est arrivé en 1er, l’humain ou le voisin ? » Toujours est-il que nous pouvons aisément imaginez le choc du tout premier humain qui a vu les flics débarquer chez lui pour tapage nocturne.

La nature ayant paraît-il horreur du vide (théorie remise en cause depuis le cas Nabilla, nous nous habituons petit à petit à leur présence. Leur faculté de nuisance nous permet même de créer des liens avec des semblables aussi différents soient-ils. Mais pour la majorité des humains, leur présence sur Terre est un enfer.

Pour survivre l’humain a développé un comportement d’auto-défense. On ne peut plus les voir. Dans certains immeubles, on ignore même les noms. On les découvre en même temps que les pompiers.

Il y a quelques mois, le robot nommé « Curiosity » atterrissait sur la planète Mars avec pour mission de rechercher une nouvelle forme de vie. Espérons qu’il n’y aura pas de voisins.

 

Share and Enjoy:
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web